L’arme secrète des gagnants

Maurine Ricour et Wazo De Rouck sont non seulement un couple (à pied), mais aussi nos vainqueurs du 50 km de l’an dernier. Ce duo de triathlon nous donne quelques conseils ultimes pour montrer tip top au début de la MannekenPisTrail.

Vous avez tous les deux participé au 50 km l’année dernière. Qu’est-ce qui t’est resté le plus ?

Maurine : « J’ai longtemps hésité entre 35 et 50 km, mais je me suis dit : « Allez, on fait immédiatement la plus longue distance ». En termes de défi, cela peut compter. Ce qui m’est resté, c’est la carrière. J’ai adoré. Le Bosberg a suivi. Cela a rendu les choses assez difficiles, d’autant plus que nous avions déjà eu beaucoup de kilomètres. À un moment donné, je marchais tout seul. J’ai parfois commencé à douter si je marchais encore dans la bonne direction, heureusement tout était bien fléché et je suis vite tombé sur une autre fléchette pour continuer mon chemin (rires)."

Wazo: "C’est vrai. Les 15 derniers kilomètres ont été les plus difficiles. Mais c’était génial de pouvoir marcher ces 50 km, la distance principale sur le MannekenPisTrail, et que dans sa propre région. Les éditions précédentes, j’avais toujours fait les distances plus courtes, il était donc grand temps de relever le défi et d’essayer ce 50km."

Maurine : « Il est important de continuer à se remettre en question. Si je suis dans un jeu, je vais mettre la barre haute tout de suite. Attention, même si les 15 et 35 km du MannekenPisTrail ne sont certainement pas à sous-estimer non plus."

 

"Ne regardez pas trop sur votre montre tout en marchant, mais profitez de la belle environnement!" – Maurine

À quoi ressemble votre préparation à l’approche d’un sentier?

Maurine : « Avant de nous inscrire et de commencer notre préparation, bien sûr, nous nous assurons de savoir dans quoi nous nous enfoncions. Brash ly s’embarquant sur un sentier de 50 km ne viendrait pas à droite.

Wazo: "Je me suis assuré que dans les semaines avant j’avais fait au moins une longue course, d’avoir les kilomètres dans les jambes. Nous avons également régulièrement alterné nos séances d’entraînement à la course à pied avec l’entraînement au cyclisme.

Et qu’en est-il de la nourriture?

Wazo : « Nous nous assurons de toujours manger suffisamment dans les jours qui précèdent un match. »

Maurine : « Assez de protéines et de glucides s’empilent. La nourriture sensée est le message, de sorte que vous pouvez sortir fort.

Wazo: "Le matin du match, nous préférons manger des crêpes."

Avez-vous quelques conseils pour marcher?

Wazo : « Le dosage est l’astuce ultime, parce que les derniers kilomètres sont les plus difficiles. Vous devez vous assurer que vous avez encore une réserve dans le réservoir après la carrière. Je n’ai pas bu ni nourriture l’année dernière et j’ai couru de fournitures à des fournitures. Bien qu’il y ait certainement beaucoup de fournitures, sans boire ou manger à une si longue distance, pas mon idée la plus intelligente (rires). Parfois, c’est 30 à 40 minutes de marche à un approvisionnement, quand vous devriez réellement jouer quelque chose dans les quartiers toutes les 15 minutes, surtout quand il fait chaud.

Maurine: "Mon conseil est que tout en marchant, vous devriez particulièrement profiter de la belle environnement. Vous n’avez pas à passer tout le temps à travailler sur le nombre de kilomètres ou d’autres statistiques. Profitez de la région et profitez de l’atmosphère. Les gens qui s’approvisionnent et les signaleurs s’assurent que vous restez motivés.

Wazo : « Les bonnes chaussures et bas sont également importants. »

Maurine: "Et d’ailleurs: certainement couper vos ongles d’orteil la veille afin que vos pieds survivent tout en marchant (rires)."